Prérequis: Pourquoi est-ce crucial de rééduquer la déglutition ?

D'où viennent les déformations dentaires ?

Bien longtemps les praticiens ont attribué les déformations dentaires à des facteurs génétiques. Les traitements mécaniques qui consistaient à appliquer une force sur les dents avec des bagues, aligneurs, etc, et les extractions dentaires étaient alors perçus comme la seule solution légitime pour rétablir un alignement de la dentition. De nombreux travaux scientifiques durant ces 20 dernières années ont démontré que la grande majorité des déformations dentaires sont causées par … un déséquilibre des fonctions de la bouche et du visage, aussi appelées fonctions oro-faciales. Les principales causes de ces déséquilibres fonctionnels sont multiples : maintien des habitudes de succion de la tétine, du pouce, alimentation molle au détriment de la mastication, etc. 

En 2002, la Haute Autorité de Santé (HAS), exprimait ses recommandations relatives aux traitements préventifs en orthodontie :

« Un premier bilan doit être réalisé avant l’âge de 6 ans, lors duquel de nombreuses anomalies, dont fonctionnelles doivent donner lieu à un traitement d’interception. »

IL EST TOTALEMENT FAUX DE PENSER QUE LES PROBLEMES DENTAIRES SONT HEREDITAIRES

La déglutition atypique : coupable principal

Plus de 2000 fois par jour, nous avalons notre salive de manière inconsciente. Avant 3 ans et l’apparition des premières molaires, la langue prend tout l’espace dans la bouche. Pour déglutir, le jeune enfant, dispose uniquement du programme de succion qu’il a développé in utero dans le ventre de sa mère et qu’il reproduit lors de la tétée. C’est ce mode de déglutition que l’on retrouve dans la succion du pouce ou de la tétine, caractérisé par la création d’un joint d’étanchéité au niveau des lèvres permettant à la langue de prendre appui sur la muqueuse labiale. Il s’agit là de la déglutition primaire.

A partir de 4 ans et l’apparition des premières molaires ainsi que la mastication, un nouveau programme de déglutition doit se mettre en place et demeurera tout au long de la vie : la déglutition secondaire

Ce changement de programme a lieu naturellement chez 60% des enfants de 4 ans. Source – De la dysfonction à la dysmorphose en orthodontie pédiatrique – Dr Patrick Fellus, Dr Roselyne Lalauze-Pol, Dr Waddah Sabouni, 2015.

Mais chez 40% des enfants de 4 ans la déglutition primaire persiste. On parle alors de déglutition atypique, caractérisée par une contraction des muscles des joues et du menton et par l’interposition de la langue entre les arcades dentaires. La déglutition atypique a pour conséquence directe la déformation du squelette dentaire mais entraîne bon nombre de complications supplémentaires.

L’effet boule de neige

En plus des déformations dentaires directement visibles, la déglutition atypique entraîne des troubles de l’élocution et du langage qui prennent souvent la forme de retards de parole ou de “zozotement”, et une respiration buccale à l’origine de maladies infectieuses répétées et de maladies chroniques à long terme.

Ce que les praticiens qualifient de “mauvaise posture de la langue” c’est l’interposition de celle-ci entre les arcades dentaires durant la déglutition et une position basse de la langue entre chaque déglutition. A l’inverse la bonne posture linguale fait intervenir l’élévation de sa partie postérieure lors de la déglutition et une position de contact avec le palais au repos. 

Il n’est donc pas surprenant que la mauvaise posture de la langue entraîne des troubles de l’élocution et du langage.

Mais les enjeux de santé sont bien plus importants : une position basse de la langue induit dans la majorité des cas une respiration buccale partielle ou totale. 

La respiration nasale est physiologique et donc saine car elle permet de filtrer l’air en amont de son arrivée dans les poumons. Elle est le premier rempart contre des allergènes, bactéries, virus et particules. Ce n’est pas le cas de la respiration buccale qui est pathologique et à l’origine de maladies infectieuses et de maladies chroniques à long terme. Les symptômes chez l’enfant sont nombreux : rhumes, angines, otites répétées, sommeil interrompu ou agité, yeux cernés, fatigue à l’école, difficultés de concentration, troubles du comportement…

Fort heureusement, la rééducation automatisée de la déglutition permettra, par effet domino, de rétablir les fonctions associées.

Partager sur email
En parler à un ami
Retour en haut