Concept

Concept

“Si j’avais une heure pour résoudre un problème, je passerais cinquante-cinq minutes à définir le problème et seulement cinq minutes à trouver la solution.” 

Albert Einstein

L’effet domino : de l’inhibition de la séquence de succion déglutition à l’équilibre des praxies oro-faciales

Mastication, déglutition, phonation et respiration sont des praxies qui interagissent et s’influencent en permanence. Dès lors, le dysfonctionnement de l’une d’entre elles suffit à déréguler l’ensemble des praxies de la sphère oro-faciale.

A l’inverse, la rééducation automatisée de la déglutition permet d’harmoniser l’ensemble de la sphère oro-faciale, grâce à une réaction en chaîne débutant lors de l’élévation du styloglosse. 

Le port du Froggymouth force d’abord puis automatise le bon déroulé de la séquence de déglutition secondaire. Une fois la praxie automatisée, l’élévation de la langue contre le palais est alors répétée à chaque déglutition.

Entre chaque déglutition, la notion de confort détermine la position linguale. C’est en vue de son élévation répétée en déglutition que la langue adoptera une posture haute au repos.

« C’est la notion de confort qui donnera la priorité au nouveau programme : le plus efficace sera sélectionné, puis consolidé en vue d’une réutilisation » P.M. Lledo.

Si la rééducation linguale est capitale, c’est parce qu’elle détermine également le mode de respiration du patient. Une posture haute au repos de la partie postérieure de la langue constitue à elle seule un joint d’étanchéité empêchant l’air de passer par la cavité buccale.

Ici encore, c’est la notion de confort décrite par Lledo qui restaurera durablement la mise en place de la respiration nasale par effet de domino.

la langue est un organe de respiration. La restauration de la respiration nasale doit passer par la rééducation des praxies myo-fonctionnelles” Dr ONO –

Le sens clinique du praticien permettra d’assurer la rééducation ordonnée de l’ensemble de la sphère oro-faciale

 

L'homonculus moteur de Penfield

Froggymouth : un simple inhibiteur de la déglutition atypique

La déglutition atypique, vestige de la déglutition infantile se déroule en deux temps. 

La succion requiert un joint d’étanchéité labial nécessaire à la création d’une pression négative à l’intérieur de la cavité buccale : les muscles labio-mentonniers se contractent.

Dans un second temps, l’interposition linguale entre les arcades dentaires prend appui sur la muqueuse labiale ou jugale contractée afin de permettre au contenu buccal de basculer vers le pharynx.

Froggymouth agit comme inhibiteur de la succion déglutition en obligeant la déconnexion labio-labiale. La réalisation du joint d’étanchéité rendue impossible, la succion déglutition par différence de pression ne peut donc pas être réalisée. 

Le Froggymouth induit une position haute de la partie postérieure de la langue, d’abord en déglutition puis de manière permanente une fois la praxie automatisée. Cette nouvelle position linguale forme un joint d’étanchéité inhibant la respiration buccale.

Une fois de plus : “La langue est un organe de respiration. La restauration de la respiration nasale doit passer par la rééducation des praxies myo-fonctionnelles” 

Dr Takashi Ono

Le choc émotionnel : à l’origine de l’engrammation de la nouvelle praxie dans la mémoire à long terme

En parallèle de la déconnexion labiale inhibant la succion, la salive s’accumule dans la cavité buccale du patient. 

Le patient devra alors trouver, par lui-même, un nouveau moyen d’avaler sa salive : occlusion des arcades dentaires et élévation du dôme lingual contre la voûte palatine. Il s’agit ici de la découverte autonome et spontanée de la déglutition secondaire.

La nécessité de déglutir ordonnée par le tronc cérébral associée à l’impossibilité de recourir à la déglutition primaire provoque un choc émotionnel, à l’origine de l’engrammation instantanée de la nouvelle praxie dans la mémoire à long terme. (Eric Kandel, Prix Nobel de Médecine en 2000)

Un accident de voiture, ou un événement heureux comme votre mariage provoque un choc émotionnel tel que vous vous en souviendrez dans les moindres détails même après 5 ou 10 ans sans avoir eu à vous répéter la scène” Dr Fellus. 

Pour aller plus loin : le fonctionnement neurologique

L’engrammation instantanée : création de nouvelles synapses

Le moment fortement émotionnel induit par le port du Froggymouth permet la libération de neurotransmetteurs. Ils activent une réaction en chaîne dans le neurone post-synaptique, qui repose sur l’activation de plusieurs molécules dont la MAP kinase.

Par l’activation en cascade de ces molécules, un nouveau prolongement neuronal est créé instantanément. A un niveau cellulaire, ce processus est répété sur tous les neurones de l’ancienne voie impliquée dans la déglutition, nous aurons alors création de nouvelles synapses et de nouveaux circuits neuronaux. Ces nouvelles connexions synaptiques forment un chemin permettant l’engrammation de la nouvelle praxie directement dans la mémoire à long terme.

Cette nouvelle voie est qualifiée d’anoétique car elle ne nécessite pas la volonté du sujet.

Le concept Froggymouth est unique car il est le seul à proposer une engrammation rapide et efficace grâce à un choc émotionnel, facilitant une automatisation de la praxie de manière inconsciente.

Retour en haut