07.86.29.11.97

Rôle des parents


Quel est le rôle des parents dans le traitement Froggymouth ?

Le traitement Froggymouth est très peu contraignant, mais requiert cependant une attention toute particulière de la part des parents du patient. Il est crucial de s’assurer du bon port de l’appareil selon les modalités mentionnées et de jouer le rôle de surveillance décrit ci-dessous. Le protocole de rééducation Froggymouth repose sur des récents travaux en neurosciences décrits dans l’onglet concept. Seul un suivi rigoureux des indications mentionnées ci-dessous permettent d’obtenir des résultats durables et rapides.

S'assurer du bon port de l'appareil

S’assurer du port quotidien durant 15 minutes est nécessaire pour le bon déroulé du traitement. Eric Kandel, prix nobel de médecine en 2000 a démontré que le port quotidien de 10 minutes suffit à créer un nouveau programme moteur en travaillant sur les circuits sous-corticaux.

Le port quotidien de 15 minutes doit être réalisé devant un écran de télévision, ou un écran d’ordinateur surélevé. La télévision captera l’attention du patient pour permettre à son cerveau d’automatiser un nouveau mode de déglutition sans qu’il s’en rende compte. Le regard sera horizontal et positionnera la langue idéalement pour avaler la salive par une simple contraction des muscles élévateurs de sa partie postérieure. 

Pour les parents réticents à l’usage de la télévision : un enfant ayant habituellement peu accès aux écrans percevra ce court moment comme une récompense décuplée, ce qui permettra de renforcer l’apprentissage par le système de la récompense et renforcera ainsi l’efficacité du traitement.  

L’écran de télévision ne pourra pas être remplacé par un livre ou une tablette. Dans ce cas la tête serait penchée vers l’avant et ferait baver le patient. 

Le rôle de surveillance

Après quelques jours du port de l’appareil, l’enfant aura “engrammé” la déglutition secondaire. Comme sur un smartphone, le patient disposera alors de deux programmes : la première icône appelant la déglutition atypique et la seconde icône appelant la bonne déglutition. Il faudra à présent s’assurer que le patient aura recours à la bonne déglutition en cliquant sur la bonne icône. 

S’il est beaucoup plus facile pour le patient de contrôler ses lèvres que de contrôler les dix-sept muscles qui constituent la langue, il est encore plus facile pour vous, parents, de surveiller les lèvres de l’enfant que de surveiller sa déglutition. 

Vous devrez dire seulement trois fois par jour à votre enfant : « là tu es bien » lorsqu’il déglutit sans contraction labiale (image 1); et trois fois : « attention, tes lèvres sont serrées » (image 2).

Cette manière de faire sera beaucoup plus efficace que de passer son temps à le reprendre. Et cela stimulera les boucles cortico-corticales au niveau du cervelet dont l’une corrige les mauvais gestes et l’autre affine la bonne séquence.

Attirer l’attention du patient sur sa posture trois fois pour le féliciter, trois fois pour le reprendre n’est pas très chronophage, sachant que l’approbation d’autrui amplifie le renforcement synaptique.

Pour aller plus loin : l'origine du maintien des dysfonctions

Avant l’apparition des premières molaires et la mise en place de la mastication, la langue occupe l’ensemble de l’espace de la bouche. La succion est physiologique et caractéristique de la tétée, à titre d’exemple. A partir de 4 ans, un nouveau mode de déglutition doit se mettre en place. A cet âge, 60% des enfants découvrent spontanément la déglutition secondaire. Quelle est l’origine du maintien de la succion pour les 40% restants ? 

Le port de la tétine et la succion du pouce

L’utilisation d’une tétine durant la première année de la vie a diminué d’une manière très significative le nombre de décès par mort subite du nourrisson et facilite l’endormissement des enfants, mais doit idéalement cesser à l’âge d’un an. Une étude publiée il y a une trentaine d’années en Suède, démontrait qu’une utilisation de la tétine au-delà de deux ans entraînait une diminution de la communication et des acquisitions verbales.

Au-delà des conséquences anatomiques, le maintien des dysfonctions a des conséquences psychologiques. La tétine est un corps étranger introduit par les parents que l’enfant intégrera au niveau psychologique comme une partie du monde lui appartenant. Nous ne serons pas aussi catégoriques pour la succion du pouce, car de nombreux clichés échographiques in utero montrent que l’enfant découvre très tôt la succion digitale. Durant son enfance, il gérera seul cette partie de son propre corps pouvant rester autonome dans sa recherche du plaisir. Cependant, le sevrage du pouce devra être lui aussi réalisé avant l’entrée au cours préparatoire. 

Le sevrage pourra être facilité par le port du Froggymouth, changeant le message afférent qui arrive au cerveau (le goût du pouce).

L’alimentation moderne 

L’étude des dentitions des sociétés primitives australiennes montre un développement parfait de la denture, paramètre relié à l’alimentation traditionnelle de cette population. On retrouve ce même développement eumorphique dans les campagnes africaines, alors que la modification du régime alimentaire dans les sociétés civilisées faisant usage de plus en plus de nutriments nous entraîne une atrophie du système masticatoire. Le nombre d’enfants nourris tardivement de compotes, de viandes hachée, de purée présentent généralement plus d’encombrements en denture temporaire.

La suppression des habitudes de succion est un prérequis au développement sain et optimal des fonctions orales et faciales et sera facilité avec le Froggymouth.

Retour en haut